Ma perception des gens au fil du temps

J’avais envie de te parler de comment je perçois les gens depuis que je suis petite. Quand on grandit beaucoup de choses changent et je veux t’en parler.

Je vais parler de pleins de périodes de ma vie et comment j’ai vue/ressentis les choses.

Quand on est bébé il n’y a pas grand-chose à dire. Je ne peux rien percevoir ou en tout cas je ne sais pas faire de différence et je ne peux pas apprendre vraiment à connaître les gens.

Quand je rentre à l’école maternelle j’ai environ trois ans. Je commence à peine à comprendre ce qui est bien ou non. Je ne suis pas très développé donc je ne peux pas dire grand-chose sur les gens que je rencontre ou que je côtoie. Pour moi c’est soi la personne est gentille et c’est « mon amie » soi elle est méchante et je ne suis pas amie avec elle. En général tout le monde est gentil et je « pardonne vite ». C’est genre tu m’a embêté·e, mais c’est pas grave et deux minutes plus tard on est ami·e·s.

Quand je rentre en primaire, j’apprends à lire, à écrire donc j’apprends du vocabulaire et c’est là que je fais connaissance un peu plus avec les gens. Je commence à comprendre comment sont les gens, comment sont leur personnalité. Je commence aussi à savoir si je dois traîner avec une personne ou non. Une chose importante c’est que je suis facilement influençable donc on peut m’embêter et me dire que c’était pour rigoler et tout est oublié en quelques secondes. Déjà en primaire je vois le positif partout. On pourrait penser que c’est bien, mais en fait non parce que c’est comme si je portais un masque et que je ne voyais rien. Même si je ne comprenais pas tout je savais que certaine choses étaient pas bonnes et même si ça faisait mal parfois je trouvais du positif et je chassais le négatif dans un coin de ma tête. Je cherchais le bon dans les gens que je rencontrais.

Le collège est totalement différent. C’est là ou j’ai en partie grandi. J’ai appris à cerner plus les gens même si ce n’est pas totalement, j’ai compris plus facilement que les gens avaient un caractère qui leur étaient propre et qu’il y avait du bon comme du mauvais, des qualités et des défauts. J’ai aussi compris que le collège c’est l’âge bête. On fait plein de bêtises, on se cherche, notre corps se développe, notre comportement change. On fait des choses qu’on regrettera plus tard ou non. C’est un cap à passé. Soit on est populaire soi normal soit bizut. C’est comme ça que je percevais les choses au collège. Les populaires étaient les gens avec un certains look et une certaine attitude. On les admirait et on voulait leur ressembler. Ils avaient des amis partout. Les normaux: Ils ont un style dans la norme et sont en groupe. Pour eux il ne se passe rien de spéciale. Les bizuts: c’est des personnes qui ont des amis mais peu en général et des personnes dont on se moque à longueur de temps. Ils ont un surnom et sont isolé pour mieux être embêté. Ils ne sont pas très bavards. Tout ça c’est en dehors de la salle de classe. C’est dans la cours et en dehors du  collège. Dans les salles de cours il y a la même hiérarchie mais, c’est un peu différent. les bizuts sont toujours dérangés en classe. Les gens normaux ne font pas grand-chose. Les populaires  se croient au-dessus du lot alors ils bavardent, jouent avec leur smartphone et quand ils se font prendre ils gueulent parce que soi-disant ils ont rien fait. J’ai parlé des élèves en général mais, j’ai oublié les parents. Quand j’ai grandi et que je suis allé au collège j’ai compris que pour certains parents l’enfant était un ange parce-qu’ ils ne voyaient pas la vérité en face. Certains parents se fichaient de ce que faisait l’enfant et d’autres étaient très attentifs. En fait je ne rends compte qu’il y a trois types de personnes pour moi à cette époque.

Après le collège vient le lycée. Je tire des enseignements des erreurs du passé. Je me rends compte qu’il y a pleins de personnes différentes. Des bonnes personnes ,des mauvaises, des personnes entre les deux, des personnes superficielles, des personnes normales, des personnes sympa et encore pleins d’autres. Je me rends compte de la vraie nature des gens. Je sais avec qui parler ou non. Je sais quoi faire.

Quand j’arrive à l’université c’est à peu près pareil qu’au lycée mais en mieux je dirais. Je perçois les détails que je ne voyais pas avant. J’évolue, je grandis et me rends compte qu’il y a vraiment de tout partout. On ne peut pas connaître tout le monde parfaitement. On en découvre tous les jours et parfois on a de belles surprises ou des mauvaises. On change aussi donc c’est différent. Je me perçois aussi différemment qu’avant parce que je sais ce que j’aime ou non, ce que je suis, ce que je veux. Je découvre des choses. Je remarque aussi des choses que je ne voyais pas avant. Je ne réagis plus comme avant.

Je vois les choses différemment au fil du temps et c’est une bonne chose. Plus on grandit plus on arrive à choisir avec qui on veut être ou non, avec qui on partage ou pas, ce qu’on partage ou ce qu’on garde pour nous.

En gros au début c’est très oui/non/flou et après ça devient plus large/plus net.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s